La Cour des comptes ordonne la fermeture du Ski artificiel, et l’institut du cheval

688
0
Partagez :

La Cour des comptes a publié ce mercredi matin, son rapport annuel et dans celui-ci il interpelle le centre de ski artificiel d’Amnéville en Lorraine et l’Institut du Cheval.

Piste de ski à fermer en Lorraine

La commune d’Amnéville (Moselle, 10 167 habitants), installée dans des bandes sidérurgiques pauvres de Lorraine, a bâti, sur un vieux crassier, une piste de ski couverte baptisée en 2005, qui demeure l’unique piste de ski intérieure en France. Plusieurs travaux ont été effectués en 2008, pour élargir la longueur de la piste à 620 mètres pour une largeur de 35 mètres et un dénivelé de 90 mètres. Le montant global de ces travaux pris en charge par la commune, est évaluée à 20 M€ HT. « Vu le déficit d’exploitation de 4,5 millions, c’est maintenant un équipement qui est peu utilisé, un investissement risqué » finit la Cour qui demande à la commune qui est en difficulté à payer ses dettes une recommandation unique suivante : « cesser l’exploitation de la piste de ski dans les plus brefs délais »

Médicament de cheval pour le service public des équidés

Mélangeant les haras nationaux conçus par Colbert au XVIIe siècle et l’école nationale d’équitation, l’État a résolu en 2007 de créer l’institut français du cheval et de l’équitation pour « développer l’élevage français, affirmer la popularisation de l’équitation, fortifier la célébrité sportive de la France par des victoires équestres internationales ».

Aucun des objectifs n’a été réalisé

Aucun de ces objectifs n’a été atteint jusqu’à ce jour, si on prend juste en compte le développement de l’équitation de loisir, « qui s’est fait sans intervention de l’État » remarque durement la Cour des comptes. Personnel inadéquat aux missions, locaux et propriétés terriennes disproportionnés, subventions constamment haussées de l’Etat (50M€) cette année. L’unique solution serait de fermer l’institut français du cheval et ajuster les missions de service public sur un ministère et un grand Haras tels que celui du Pin dans l’Orne.

Partagez :
Sophie