La Bourse de Paris évolue sans grande certitude dans une séance calme

678
0
Partagez :
1081726_1443109791_paris5_565x392p

Ce jeudi matin, la Bourse de Paris, suivait son court sans surprise, après avoir été relancée un jour avant avec le pétrole au cours d’une séance pas vraiment agitée sur le domaine économique et à la veille des fêtes de noël.

Aux environs de 8 h 30, le CAC 40 enregistrait une perte de 9,56 points à 4.665,03 points. Un jour avant, il avait bondit de 2,34%. 

Le marché de Paris restait circonspect comme il a fermé ses portes en début d’après-midi et les volumes d’échanges devraient être peu riches d’ici là, pour ne pas alimenter l’instabilité. 

Les cours du pétrole avaient nettement monté mercredi, portés par le recul inattendu et considérable des réserves américaines de brut la semaine dernière. 

Cette annonce fortuite d’une baisse des stocks américains de brut considérable a soulagé un peu les inquiétudes sur l’excès général d’offre, tandis que les cours du pétrole avaient fraîchement chuté à leur plus bas niveau depuis les 2000. 

Le marché est plaqué par un excès général et les ambiguïtés sur la demande mondiale. Il chutait encore plus bas depuis début décembre après la décision prise par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne plus faire une fixation des objectifs chiffrés. 
L’agenda est par ailleurs démuni d’indicateurs économiques remarquables. 

Dans la liste des valeurs, Europacorp baissait de 9,35% à 4,85 euros, après avoir chuté de 3,5 millions d’euros sur les six premiers mois de son exercice déplacé 2015/16. 

Stallergènes était en nette chute de 3,40% à 28,40 euros. Presque 70.000 personnes sont touchées par le rappel des produits affectés par la désaccoutumance contre l’intolérance raffinés par le laboratoire, d’après l’Agence du médicament (ANSM). 

Airbus enregistrait une perte de 0,34% à 62,37 euros tandis que l’avionneur européen a déclaré avoir signé un accord avec Inmarsat pour la création et le développement de deux satellites à propulsion électrique qui serviront aux communications mobiles, évaluées à environ 600 millions de dollars. 

Viadeo enregistrait un bond de 12,74% à 2,39 euros après avoir parlé d’un « redéploiement stratégique » qui le contraint à se séparer de sa filiale en Chine, et de la fermeture d’un centre aux États-Unis, pour un « recentrage sur la France ». 

Partagez :
Sophie